Hit-Parade
 


www.napoleon1er.com
 
Page d'accueil - Cliquez !
Vers la page d'accueil.
Forum Chat Livre d'or Ecrire Liens
Nouveau ! Vendez, achetez, 
échangez, gratuitement !



Guillaume Marie Anne Brune, Maréchal (1804)

Guillaume Marie Anne Brune,
Maréchal (1804)
(Brive, 1763 - Avignon, 1815)



Général de la révolution plus que de l’Empire. Vite écarté par Napoléon, boudé par Louis XVIII, tué par des royalistes.


Fils d’avocat, il est d’abord journaliste imprimeur. A cette occasion, il se lie avec Danton, avec qui il est membre du club des Cordeliers. En 1791, il entre à la garde nationale de Paris puis au 2ème bataillon de volontaires de Seine et Oise. Le 13-Vendémiaire, il participe à la répression de l’insurrection royaliste, aux côtés de Barras et du général Bonaparte. Il est nommé en Italie et est présent à Rivoli (14 janvier 1797) ; il est promu général de division en 1797, et placé à la tête de l’avant-garde.

Après une brève mission en Suisse, le Directoire le nomme commandant de l’armée de Hollande. Le 19 septembre 1799, Brune vainc les forces russo-anglaises à Bergen. Cette victoire lui vaut d’être nommé commandant en chef de l’Armée de l’Ouest avec mission de pacifier la Vendée. Peu après, les chefs Chouans signent un traité de paix. En août 1800, Brune part remplacer Masséna à la tête de l’Armée d’Italie.

En 1802, Bonaparte, Premier Consul, commence à réunir tous les pouvoirs ; il éloigne ce républicain convaincu en le nommant ambassadeur en Turquie, mais il l’inclut dans la liste des maréchaux de 1804. L’année suivante, Brune, revenu en France, est général en chef de la future Grande armée réunie à Boulogne. En 1806, il est gouverneur des villes hanséatiques.

Lors de la campagne de Prusse en 1807, il s’empare sans coup férir de Straslund. Toutefois, au lieu de louanges, il s’attire les foudres de l’Empereur car dans la convention passée ensuite avec les Suédois, il parle de l’Armée française et non de l’Armée de Sa Majesté Impériale et Royale.Napoléon l’écarte définitivement.

Dès le 1er avril 1814, Brune signifie son accord au gouvernement provisoire. Il se rallie aux Bourbons, qui rechignent pourtant à accepter ses services. Brune les propose alors à Napoléon, quand celui-ci revient de l’île d’Elbe, en 1815. Il est nommé pair de France pendant les Cent-Jours. A la seconde Restauration, il se rend à Paris pour faire à nouveau acte d’allégeance au nouveau pouvoir quand il est reconnu dans les rues d’Avignon par des Royalistes, qui l’attaquent et l’assassinent. Son corps est ensuite jeté dans le fleuve sans autre forme de procès.



L'avis de Napoléon à Sainte-Hélène

«Je rends justice au maréchal Brune; il a bien fait en Hollande; la bataille d'Alkmaar a sauvé la République d'un grand péril».

.

 

Les maréchaux d'Empire

AUGEREAU
 BERNADOTTE  BERTHIER BESSIERES  BRUNE

DAVOUT
 GOUVION  GROUCHY JOURDAN  KELLERMANN

LANNES
 LEFEBVRE  MC DONALD MARMONT  MASSENA

MONCEY
 MORTIER  MURAT NEY  OUDINOT

PERIGNON
 PONIATOWSKI  SERURIER SOULT  SUCHET
     VICTOR    

Sources: Arléa


.

© 1998 - 2008 www.napoleon1er.com Tous droits réservés